CR des 25 et 26/02/2017

CR des 25 et 26/02/2017

Après une semaine de débats aussi intéressants qu’instructifs, la semaine de résistances s’achevait par un week-end très attendu !

D’abord, la manifestation du 25 : déclarée (oui, cela arrive encore), rassemblant plus de 3000 personnes et d’une remarquable diversité. Tous les âges, toutes les couleurs de K-way, de drapeaux syndicaux et autres, des bipèdes, des personnes en fauteuil qui pour certaines sont restées après le début des violences, des voyant.e.s, des malvoyant.e.s…

Et tou.te.s sans distinction ni exception ont eu droit au gaz, voire aux coups de matraque et aux grenades désencerclantes, avant la fin du premier tour de manif. Le vent, contraire dans la rue de Strasbourg et sur le miroir d’eau, a porté les gaz très loin, atteignant beaucoup de personnes.

Les affrontements ont été très intenses -et opaques. L’action des forces « de l’ordre » en particulier a été des plus illisibles, avec des tentatives de couper le cortège qui n’allaient jamais jusqu’au bout et le magnifique gazage des prises de parole syndicales. Prises de parole qui devaient signer la dispersion de la manifestation, mais il devait y avoir un.e donneur.se d’ordre très pressé.e d’en finir… nous ne pouvons que lui conseiller une reconversion professionnelle puisque cela n’a servi qu’à rallonger la manifestation.

Toutefois cela nous a offert des moments d’anthologie :

  • une entraide générale très forte, avec beaucoup de medics et de personnes attentives à leurs voisin.e.s même parfaitement inconnu.e.s.
  • les nombreux.ses journalistes présent.e.s ont de très belles images de violences policières enregistrées, tels que des manquements évidents aux règles de sécurité d’emploi des désencerclantes, le gazage du camion des prises de parole, des témoignages…
  • « Merci pour ce moment » d’une des personnes prenant la parole au camion alors que police et BAC gazent copieusement.
  • Un poireau et une plante décorative galopant gaiement avec les êtres humains dans le gaz.
  • Beaucoup de tags très inventifs : notons « Lagherta Présidente », « Or à donner : plus marteau que faucille », « 2017 : urnes en miettes », « President Evil » et « La plus belle jeunesse meurt en prison ».


Les Street Medics ont compté des blessures et dégâts de toutes sortes, par gaz, grenade brûlante, grenade désencerclante, matraque et LBD.

« Au moins une personne a été brûlée au bras par un palet de lacrymogène et orientée au CHU après prise en charge sur place.
[…]

Au total, nous évaluons à une cinquantaine de personnes blessées (hématome, ecchymoses, plaies) et une centaine de personnes prises dans les gaz.

Nous remercions un couple de medics venu de Saint Brieuc et les médics de la ZAD de nous avoir aidé. »

 

Le lendemain se tenait le fameux meeting de Marine Le Pen au Zénith. Entre Nantes et Rennes, des cars de militant.e.s FN ont été repeints gracieusement par des bénévoles.

Notez l’ingratitude crasse des voyageur.se.s qui ne s’intègrent pas à la culture locale.

Et pendant ce temps, au château des ducs de Bretagne…

C’est l’histoire d’une banderole, de militant.e.s facétieux.ses et d’un petit fantôme…

… qui s’affichent durant tout le discours de Marine Le Pen. Comme il a été expliqué dans un communiqué envoyé à la presse :

Alors que la candidate du FN pour les élections présidentielles tenait un meeting au Zénith de Nantes, un groupe d’une vingtaine de militant(e)s de Nuit Debout Nantes, d’organisations non-violentes nantaises et de citoyen(ne)s averti(e)s se sont rassemblé(e)s au château des ducs de Bretagne pour dénoncer le refus de celle-ci d’être entendue par la justice dans le cadre des différentes affaires de fraude qui concerne Mme LE PEN et son parti, le FN. Durant toute l’allocution de Mme LE PEN, les militant(e)s ont déployé une banderole sur laquelle nous pouvions lire « Fraud€ Nazional€ – Stop corruption – Stop FN». L’action s’est déroulée dans le calme et en toute sérénité. Elle a permis d’échanger avec les touristes et les passants qui passaient près du château. Bien que le FN dénonce en permanence les pratiques des partis traditionnels, il est important de rappeler que CE PARTI DETOURNE DES FONDS PUBLICS POUR SE FINANCER! En effet, alors qu’une affaire est ouverte concernant le financement du FN et de Jeanne, micro parti de Mme LE PEN, alors qu’un cadre du FN est actuellement mis en examen pour abus de biens sociaux, alors que le FN a refusé de rembourser 340 000€ pour des emplois fictifs au parlement européen, qu’une enquête est ouverte sur ce dossier en France et alors qu’il existe de nouveaux soupçons d’emplois fictifs au sein du FN, il est intolérable que Mme LE PEN refuse de répondre aux questions de la justice. Par cet acte, ces militant(e)s refusent la « trêve électorale » que Marine Le Pen tente d’imposer. Il faut continuer à dénoncer les idées et les pratiques du Front National qui portent atteinte à l’intégrité de la République française.

Puis, la banderole est allée se promener.

Derrière la préf.

Devant la préf.

Au monument des 50 otages.

Et avec le général.

Vous pouvez également demander le retrait de l’immunité parlementaire de Marine Le Pen : https://www.change.org/p/european-parliament-pour-lever-l-immunit%C3%A9-diplomatique-de-marine-le-pen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *