Compte Rendu AG du 20/04/2016

Compte Rendu AG du 20/04/2016

Ce compte rendu est incomplet car personne n’a pris de note pour le début de l’AG et incomplet puisque je distribuais la parole en même temps. Il commence donc au milieu des questions posées aux bénévoles de Réseau Salariat à propos du salaire à vie.

Intervenant 1 : Question portant sur les expérimentations déjà existantes ? Où ?

Réponse : En Suisse et en Finlande→ expérimentation sur le revenue de base (l’idée se propage en Europe) qui n’est pas la même chose que le salaire à vie. Mais pour le salaire à vie, il faut que chacun soit sensibilisé pour que l’idée s’impose. Précision : le salaire à vie existe déjà : LA RETRAITE, d’ailleurs, les retraités travaillent beaucoup. Imaginons une grève des retraités (pas de bénévolat, pas de garde d’enfant…), on comprendra l’importance de leur travail.

 

Intervenant 2 : Y aura-t-il du monde pour les travaux pénibles ?

Réponse :  Remarque : il y a déjà des travaux pénibles assumés bénévolement depuis longtemps : les travaux ménagers.  L’idée sera que le collectif assumera naturellement certaines tâches. Mais on peut imaginer une échelle de salaire commençant à 1500€ pour tous dès la majorité (ou avant, il y a débat) et allant à 6000€. La progression se ferait par ancienneté, par grade (même système que les fonctionnaires, et sur la pénibilité/dangerosité. Le diplôme de base ne rentrerait pas en ligne de compte, ainsi les études courtes seraient valorisées car plus vite rentabilisées en terme de progression.

 

Intervenant 3 : Est-ce que les gens continueraient de travailler ?

Réponse :  L’Homme travaille naturellement. Ne pas confondre emploi et travail.

Sondage sur 4000 personnes (pas très valable, mais donne une idée) :

– à la question, continueriez-vous à travailler si vous aviez un salaire à vie ? 80 % répondent OUI

– à la question, pensez-vous que les autres continueront à travailler ? 90 % répondent NON.

 

Intervenant 4 : Organisation d’une Nuit Debout à Malakoff le 29 avril et organisation d’un concert de Reggae samedi à Bouffay. ! Besoin de matériel de son !

 

Intervenant 5 :  le problème, plus que le travail, c’est la 5ème république qui existe depuis 57 ans ! Le problème est plus large !

Réponse : (je n’ai pas pu prendre de note)

 

Intervenant 6 :  il est aberrant d’exiger de travailler jusqu’à 62 ans alors qu’il n’y a pas de boulot ! Les personnes passent par des maisons d’insertion, des contrats aidés qui coûtent cher au conseil général, sans avoir de travail à la fin !

Réponse : Tout le monde travaille, même s’il ne vend pas son travail, c’est permanent, donc on a droit à un salaire à vie. C’est une manière de reconnaître que nous sommes tous des acteurs économiques et citoyens. La progression se ferait de manière irrévocable quelque soit le parcourt. Le financement se ferait en centralisant toutes les cotisations.

On pourra donc, non pas employer, mais accueillir des personnes dans les entreprises. Il n’existera plus de propriété lucrative, mais une propriété d’usage uniquement.

 

Intervenant 7 : à propos des métiers non marchand , comment évaluer/ mesurer pour l’évolution du salaire ?

Réponse : Il n’y a pas de différence entre les emplois, parce qu’on ne mesurera pas la productivité mais la valeur d’usage qui est mesurable. Donc on prend en compte la valeur sociale et pas la valeur marchande du travail effectué.

 

Intervenant 8 : se présente comme le plus jeune retraité de France car il ne peut pas travailler. Dans notre société, « comme [il n’est ] pas rentable, [il] ne sert à rien. » Il a lu un poème :

 

« Dites moi juste combien de temps

Faudra-t-il à ces décideurs

Pour que l’on n’ait plus ce sentiment

De déranger à toutes les heures

 

Dites moi encore combien de textes

Faudra-t-il que l’on fasse

Pour enfin oublier ce contexte

qu’l’handicap n’est pas une menace

 

On n’est ni pauvre ni soumis

On veut juste que vous compreniez

Que si la France on n’est pas admis

On est décidé à rester !

 

Au lieu d’acheter vos p’tits amis

Pour que finissent les scandales

Nos on commence à être aigris

On ne veut pas crever la dalle

 

On est juste un peu démunis

Mais on voit bien qu’il y a pas qu’nous

C’est sûr que ces imposants lobbies

Ne manqueront jamais d’sous

 

On est vivant et on l’affirme

Même si c’n’est pas facile pour nous

Pour vous je ne suis qu’un infirme

pour d’autres je vaux un peu le coup

 

On n’est ni pauvre ni soumis

On avance tant que l’on peut

Non la révolte n’est pas finie

Car l’handicap c’est du sérieux

 

Une fois de plus entendez-nous

J’ai l’impression de me répéter

L’O.R.L. que j’ai pris pour vous

est en parfaite accessibilité

 

Cela fait plus de quarante ans

que tout doit être accessible

Si ce n’était pas important

Ce serait alors donc risible

 

Vous remplacez ça pas des ADAP

Vous vous moquez encore de nous

Et oui eux aussi sont cap

Pas étonnant qu’ils attirent du dégoût

 

On n’est ni pauvre ni soumis

Et on est tous différents

Cela s’appelle la vraie vie

L’humain devrait passer avant

 

L’accessibilité physique

Servirait aussi à plein de gens

Les femmes enceintes et les tricycles

Et les humains vieillissant

 

Alors voilà donc cette requête

Occupez-vous des citoyens

Avant que la société ne pète

Et que l’on parle de déclin

 

On n’est ni pauvre ni soumis

On veut juste que vous compreniez

Que si en France on n’est pas admis

Ca fait trop longtemps que vous le démontrez. »

Nicolas

 

Intervenant 9 :  à propos du travail non rémunéré, dont celui que l’on fait là : La politique.

Réponse : Qu’est ce qu’on peut faire concrètement ?

Continuer les revendications pour la retraite à 55 ans et un salaire pour les 18-24 ans (qui n’ont pour l’instant même pas le droit au RSA). Et ensuite ? On continue. Gattaz et les autres tirent sur la corde d’un côté ? On tire de l’autre.

 

Intervenant 10 :  Est-ce qu’il y aura du boulot pour tout le monde ? Et des logements pour tout le monde ?

Réponse :  OUI ! Comme on aura tous un salaire, chacun va trouver sa voie.

Pour le logement : On peut imaginer restreindre la propriété lucrative, Parce que le l’acces au logement est une des bases, on ne devrait pas payer pour être logé. On peut imaginer des obligation de céder les logements dans lequel on habite pas.

Pour le travail : Il y en a plein ! Il ne faut pas confondre emploi et travail. (la crise de l’emploi, c’est parce que les grands patrons ne veulent plus investir dans l’économie réelle car pas assez lucrative, ils investissent donc dans éco spéculative)

 

Intervenant 11 :          – comment prendre en compte le travail informel ?

– administrativement ? Comment faire respecter les interdits ?

– Le financement ? La France à de l’argent parce qu’elle exploite d’autre pays (mines d’uranium, etc), on continue comme ça ?

Réponse :        – pour le travail informel, c’est encore compliqué, il faut y réfléchir.

– Pour l’administratif : On utilisera les force de l’ordre, qui doivent faire respecter la loi. On pourra réhabiliter les gardiens de la paix, puisqu’on aura repris le pouvoir sur nos propres institutions.

-pour le financement (on sort du réseau salariat), on peut imaginer une TVA sur les produits ne respectant pas une charte.

 

Il y a eu d’autres intervenants après, mais je n’ai pas pu prendre de notes.

4 réactions au sujet de « Compte Rendu AG du 20/04/2016 »

  1. Vous raisonnez en dehors de la réalité humaine et des rapports haumains. Chacun serait bon par nature et n’aurait qu’un objectif : le bien et le bonheur du prochain. Que faites vous du désir, de la passion, du plaisir ?
    La politique a pour fonction principale d’éviter la dérive violente dans les rapports entre les hommes.
    C’est dire toute l’étendue (la vastitude !) du travail.

    1. N importe quoi. Qui a parlé de bien et bonheur de son prochain ?? Le salaire a vie n est clairement pas altruiste. C est juste une redistribution différente des richesses.
      Quant aux politiques qui nous veulent du bien : ce doit être une blague .. ? Un politique n a qu un but : être élu. Y a qu’ à voir les primaires américaines pour se rendre compte qu’ ils sont largement en avance sur le plan des « dérives violentes » !

  2. Obligation de céder des logements dans lesquels on habite pas?

    Je me suis endetté et ai bossé 60 h par semaine pendant 4 ans pour, en plus de mon boulot, rénover une petite maison pour les vacances, et vous voudriez que je la cède? Essayez donc de venir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *