Compte Rendu du 07/04/2016

Compte Rendu du 07/04/2016

Commission Sémantique : 

Le langage utilisé par les médias nous gêne. Il est porteur d’idées que nous combattons. Nous voulons construire un vocabulaire qui nous convienne. Certains ne maîtrisent pas les mots. Le Langage Debout doit être simple pour être compris de tous. Mais il ne doit pas tout simplifier. Chaque mot a un sens.

Nous voulons donc que certains mots utilisés dans les discussions, là, maintenant, soient explicités. Donc, chacun peut demander le sens qu’on donne à un mot.

Nous avons organisé nos réflexions en quatre parties :

– Mots médiatiques (négatifs) à détruire → mots (positifs) à reconstruire

– Mots qui ont été détournés de leur sens premier → mots qu’on doit définir quand on les utilise

– Idées autour de certains mots/concepts

– Mots Debout

 

 

– Mots médiatiques (négatifs) à détruire → mots (positifs) à reconstruire (pas toujours faciles à trouver)

 

Ressources humaines → ?

Compétence → savoir

Savoir-faire → faire

Plan social → ?

Collaborateurs → ouvriers-patron (pose problème car il vient de pater=père)

Emploi/travail (tripalium=torture) → activité

Gouvernance → ? Mais que veut dire ce mot ?

Coût du travail → salaire (pose problème à certains)

Charges sociales → cotisations sociales

Agriculteur, ou pire exploitant agricole→ paysan. On oublie toujours la paysanne.

Calme (retour au calme) → non violent

Casseur → révolté (qui s’exprime différemment)

 

– Mots qui ont été détournés de leur sens premier → mots à définir quand on les utilise

 

« Peuple » – « populaire » – « populisme » ne doivent plus être utilisés pour parler à la place des personnes.

« Citoyen » : mot galvaudé par les socialistes. De plus, tous nos interlocuteurs ne sont pas citoyens français. Il a un sens dans la démocratie depuis l’Antiquité en passant par les philosophes des Lumières.

« Anarchie » : ne signifie pas que rien ne fonctionne. Son sens premier est ne pas dépendre d’un chef.

La « politique » n’appartient pas aux hommes/femmes politiques.

– Idées autour de certains mots/concepts

 

Il faut féminiser les mots quand on peut.

 

Autour du mot « casseur » : la «violence institutionnelle » est pesante.

Certains n’ont pas les mots pour exprimer leur colère et ne sont jamais écoutés.

On n’a pas à distinguer colère violente et colère non-violente.

La violence est en nous. Nous avons tous été tentés par elle.

Le concept de « violence gratuite » est à rejeter (désaccord de certains d’entre nous sur ce point).

Les cibles ont un sens (banques – magasins de sport, …).

La violence est une réponse parmi d’autres.

Méfions-nous des distinctions entre les personnes en colère qui contribuent à nous désunir.

Dans l’Histoire, rien n’a jamais été acquis par la négociation. Le dominant ne décide jamais de perdre des privilèges.

Nous ne vivons pas (ici) une période plus violente (qu’avant).

Attention au mot « savoir-vivre » qui exclut celui qui n’en n’aurait pas.

 

Autour du mot « uberisation » :

Ce n’est pas de l’économie collaborative.

Cela ne donne pas plus de liberté à celui qui pratique l’activité.

Cela entraîne de l’exploitation.

Pourquoi s’en prend-on autant à la Sécurité Sociale, au Service public, aux cotisations sociales ?

 

Autour du mot « Justice »

Plusieurs significations (institution – droit – sentiment) → doit être explicité par un adjectif (justice sociale – justice bourgeoise – …).

Différent de « justesse » qui signifie exact.

 

– Mots importants pour le Dictionnaire Debout :

 

Parole – écoute

Actes

Collectif

Colère

Personne (dans les deux sens du terme)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *