Compte Rendu du 08/04/2016

Compte Rendu du 08/04/2016

Préambule :

 

Lors de notre commission, nous avons trouvé utile de faire un rappel sur les débats qui avaient déjà eu lieu lors des Nuits Debout précédentes, et sur cela, nous avons aperçu la naissance de cinq blocs qui composeraient cette commission.

 

  1- Outils de décisions / désignation

  • Référendum
  • Internet?
  • Consensus-Fédéralisme
  • Tirage au sort
  • Volontariat ?

 

  2- La représentativité

  • Mise à l’écart
  • Séparation finance/politique
  • Lobbying
  • Parité
  • Vote blanc/Abstention
  • Bipolarisme
  • TAFTA

 

3- La Constitution

  • Analyse
  • Organisation pyramidale
  • Quelle constitution?

 

  4- Différents types de démocratie / système politique

  • Démocratie liquide
  • Démocratie directe
  • Autogestion

 

   5-Les institutions

  • Mairie
  • Conseils régionaux/départementaux
  • Assemblée Nationale
  • Sénat

 

Nous proposerons afin de faciliter la lecture de ce document, un regroupement des idées évoquées dans chacun des cinq blocs.

 

  Premier Bloc: La Représentativité

 

La représentativité est un problème clé de notre système politique actuel. Il apparaît que la légitimité des représentants, qui ne respectent que peu leurs engagements, est clairement entachée. Face à ce problème une solution à envisager est la possibilité pour le peuple de destituer tout élu ne respectant pas ses engagements, comme cela peut-être déjà fait au Brésil par exemple, pour le président.

 

Pour parler de la représentativité, il faut aussi définir ce qu’elle est, et surtout le système politique qui en découle, la démocratie représentative. Elle peut se définir comme le fait que le peuple délègue son pouvoir politique à des représentants qui l’exercent en théorie en son nom et pour elle. Le seul problème qui se pose ici, est que les politiciens sont complètement déconnectés du monde réel et des préoccupations quotidiennes des personnes. Une solution envisageable ici, est la fin de la mainmise de certains sur le pouvoir, qui le prennent et qui ne le lâchent plus. Il faut dé-professionnaliser la politique par le biais éventuel du mandat unique.

Le problème que pose la représentativité également, c’est tout simplement le fait que le peuple ayant délégué son pouvoir, le délaisse trop souvent aux profits des politiques. On constate un éloignement de la vie politique. Nous pensons également qu’il faudra penser à d’éventuelles stratégies afin de donner envie à chaque personne de se réapproprier la politique, de pouvoir proposer, débattre, échanger sur absolument tous les sujets sans aucune distinction. Il faut affirmer le principe du DROIT D’AGIR.

 

Enfin, la représentativité pose quand même deux problèmes majeurs si l’on arrivait à la réguler. Premièrement, le vote. Comment peut-on dire en cas d’abstention forte ou d’un vote blanc massif (que nous proposons de prendre enfin en compte pour indiquer la confiance du peuple envers des éventuels élus), que la représentativité des personnes est effective?

Deuxièmement, la représentativité à un effet particulièrement pervers. En effet, nous craignons dans cette spécificité, le risque de la course à l’orateur. Autrement dit, celui qui parle le mieux est beaucoup plus écouté qu’un autre. Il faut impérativement affirmer le droit à chacun de s’exprimer sans que ses qualités d’orateur ou d’expression soient prises en compte.

 

Deuxième bloc: Les outils de décisions/ désignation

Dans ce bloc, ce qui nous a surpris est d’évoquer le tirage au sort et/ou la désignation comme des outils de décisions. Nous avons donc préférer élargir le bloc en y ajoutant le terme désignation afin de s’exprimer clairement.

Ce qui est intéressant dans notre commission, c’est le mini débat que l’on a pu avoir sur le vote électronique, en considérant que l’on garde le vote comme outil décisionnaire. En effet, il est très facile de créer de la fraude et de la manipulation électorale ou d’éventuels bugs informatiques venant ainsi perturber le système électoral. Il est clair que la transparence par le procédé du vote électronique est douteuse donc peu recommandable. Cependant se posent alors les questions de nos territoires isolés, où les bureaux de votes sont souvent loin des domiciles des personnes. Il faudra tenter de proposer des solutions à ce phénomène.

 

 

Par ailleurs, vu que l’on soulève l’idée du vote électronique, il est intéressant de savoir ce que l’on pourrait faire avec les nouvelles technologies et Internet. Plutôt que de voir ces dernières comme un danger, voyons les comme un outil nécessaire pour notre nouvelle démocratie. C’est à dire, que grâce à la mise en place, d’un site collaboratif, voir éventuellement des applications smartphones, d’une nouvelle forme de démocratie où chaque personne peut se rendre et débattre des sujets politiques quels qu’ils soient afin de proposer des solutions et des propositions. Nous invitons ainsi à réfléchir sur les intérêts possibles d’internet sur le débat public et politique.

 

 

Enfin, il semble intéressant de voir que les outils de décisions et/ou désignation ont un lien avec les médias. C’est à dire qu’ils influent souvent de manière notable sur les décisions prises. Cependant, se pose le problème de la collusion entre Médias et Finance, surtout quand on pense que Bolloré détient une grande majorité des médias français. Par ailleurs, il semble intéressant de ne pas trop s’intéresser aux médias, car ces derniers ont tendance à qualifier de chaos tout débat à l’intérieur d’un mouvement afin de le discréditer vis-à-vis de l’opinion publique.

 

Troisième bloc: Constitution

 

Il nous est apparu lors de notre commission l’urgence de créer une nouvelle constitution, et plus généralement d’une nouvelle éventuelle démocratie afin de remettre les personnes au centre de la politique. On propose pour cela de supprimer éventuellement  la représentativité et de convoquer des états généraux afin de recréer un système politique cohérent avec la volonté du peuple.

Cependant, il semble fort peu probable que le pouvoir en place actuellement se laisse faire sans tenter de “tuer la contestation dans l’œuf”. Pour changer le système, nous avons plusieurs cas qui s’offrent à nous.

 

Premièrement, on peut s’inspirer des leaders éclairés de l’histoire, comme Gandhi en Inde ou encore Rosa Parks et Martin Luther King aux Etats-Unis qui ont réussi à changer la société en profondeur “sans violences”.

On peut également décider d’ignorer totalement le système actuel, c’est à dire, bien encore plus que actuellement afin  de leur faire comprendre que leurs propositions sont inutiles tant qu’un changement en profondeur n’aura pas été effectué.

 

Enfin, on peut également interpeller les différents élus et leur rappeler leurs responsabilités, pour leur montrer à eux mais aussi à l’opinion publique qu’ils ne sont plus représentatifs de la société dans laquelle vivent les personnes. Pour résumer, il s’agit ici de bousculer l’actuel régime pour le faire rompre.

Conclusion

 

En conclusion de cette commission, nous pensons qu’il est avant tout nécessaire de faire revenir un maximum de personnes dans la vie politique. Pour gagner en cohérence et en représentativité principalement.

Il faudra également certainement en venir à tester nous-mêmes un modèle d’organisation de la société afin de savoir et tester nos propositions afin d’y trouver des éventuelles erreurs et de les corriger si nécessaire.

Il sera surtout nécessaire lorsque notre mouvement sera plus grand, de diviser certainement cette commission en plusieurs blocs, afin de pouvoir mieux échanger et permettre d’échanger tous sur la démocratie.

Enfin, nous souhaitons faire un parallèle entre notre commission démocratie et la commission éducation car lors de nos débats, il est apparu qu’il faudra sûrement éduquer les futures générations à prendre en main la politique. Ici, se pose la question de comment cela peut se mettre en place.

 

 

3 réactions au sujet de « Compte Rendu du 08/04/2016 »

  1. C’est peut être un oubli mais il a été question de poser les règles d’organisation du débat démocratique à l’intérieur même de Nuit Debout (en 6e point ajouté aux autres) au moins pour Nantes.
    Au moins pour que tous les curieux qui passent connaissent notre fonctionnement, pour nous préserver de l’apparition de leaders et aussi pour permettre à tous ceux qui sont plus timides et/ou hésitants de prendre réellement la parole.
    Est-il possible de retrouver la personne chargée du compte rendu pour lui demander (au moins pour vérifier) de rajouter ce point? J’ai son nom mais je ne le diffuse pas ici.

  2. Bonjour,

    J’étais présent à cette commission, du moins pendant une bonne partie des débats.
    Je ne me reconnais pas du tout dans ce compte-rendu, qui ne me semble pas refléter de ce qui s’y est dit.
    C’est franchement un problème d’ordre… démocratique.

  3. Les personnalités politiques considèrent leur(s) mandat(s) comme un métier, ce qui est faux, bien sur; prenons les au mot: dans une entreprise un salarié doit faire son travail qui lui a été assigné par son employeur, sinon il n’est pas gardé; faisons la même chose avec eux: nous sommes les électeurs, donc leurs employeurs, demandons leur des comptes régulièrement, et non tous les cinq ans sur ce pourquoi ils ont eu le poste, sinon on les licencient; suis-je assez clair?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *