CR du 28/10/2016

CR du 28/10/2016

Effectif : 6

Soutien aux migrant.e.s :
Ce soir, il y a eu beaucoup d’extériorisation par rapport à l’explosion de xénophobie sur le Net qui a accompagné l’évacuation de Calais.
Côté actions, samedi 05/11 se tiendra un banquet de bienvenue aux migrant.e.s à St Brévin, où une trentaine de personnes sont déjà arrivées. Nuit Debout St Nazaire et peut-être Nuit Debout Rennes seront présentes. D’autres possibilités d’action sont en discussion. Il est possible de s’y rendre en bus Lila, ligne 1 jusqu’à Paimboeuf  puis ligne 16 jusqu’à St Brévin, ou de s’organiser pour un covoiturage.

Edit : le banquet est annulé ; une autre action est discutée, qui sera plus large.

Jeunes migrant.e.s de Nantes, mineur.e.s isolé.e.s :
Nous sommes en attente de réponse sur des prises de contact diverses. L’objectif est de trouver d’une part un.e ou des juges des enfants, qui disposent de l’autorité pour demander les procédures de recueil provisoire d’urgence et des connaissances nécessaires pour éviter les pièges juridiques actuellement utilisés pour ne pas mettre de mineur.e.s isolé.e.s à l’abri. Le texte de la circulaire du 31 mai 2013, un de ces pièges, va être étudié pour trouver des possibilités de recours légaux. L’article L223-2 du CASF (code de l’action sociale et des familles) va lui aussi être étudié, dans sa version consolidée du 28/10/2016.
D’autre part, afin d’aider et ces juges et ces jeunes, il faut trouver des personnes habilitées à l’évaluation socio-psychologique de l’âge pour que ces procédures n’échouent pas faute de moyens. Il convient aussi d’éviter aux jeunes des tests physiques d’évaluation de l’âge, osseux, dentaires, pileux ou de mesure du développement des organes génitaux, qui ne sont ni fiables, ni pratiqués dans les règles de respect de la personne trop souvent (non recueil du consentement, non information, non respect de la dignité de la personne, répétition abusive des tests).
En organisant la prise en charge légale des mineur.e.s, le but est de désengorger les associations qui aident actuellement tou.te.s les jeunes migrant.e.s afin de mieux aider celleux qui ne pourront bénéficier de cette procédure, et non de les abandonner. Comme dit lors d’une séance, « à 25 ans aussi, on a froid dehors ».
Des lieux de logement sont discutés.

 

Rencontres nationales de Nuit Debout, 11-12-13/11/2016 :
Les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’au 31/10. Ensuite les personnes seront regroupées pour organiser les déplacements. Un wiki nous a été communiqué qui rassemble les détails techniques comme le lieu précis, la capacité d’accueil (places de couchage en bâtiment et terrain), l’alimentation avec fruits, pommes de terre, légumes et pain proposés sur place à des prix indiqués dans le wiki, sauf les courges qui seront gratuites (abondance saisonnière). Tout autre aliment pourra être amené et partagé, une caisse commune sera mise en place pour couvrir le coût du séjour. Si l’on se base sur les rencontres de Paimpont, la participation serait autour de 7€/personne et les contributions différentes (2 à 10€) s’étaient bien compensées. Du matériel pour chauffer et cuire la nourriture sera disponible, ainsi normalement qu’une connexion internet.
Les volontaires pourront aider à mettre en place toute l’organisation entre le 7 et le 10/11 et le 11 des aller-retour seront organisés depuis Angers pour acheminer les personnes.
Nous avons discuté des thèmes à aborder lors de ces rencontres :

  • Récemment la Nuit Debout de Nantes a été sollicitée pour participer à plusieurs projets : émission de radio sur l’avenir du mouvement par des étudiant.e.s du parcours Europe, travail d’un.e étudiant.e en psychologie sur la répression, et projet de la médiathèque sur les mouvements citoyens. Nuit Debout suscite toujours un certain intérêt.
  • Aide aux migrant.e.s et réfugié.e.s.
  • Demander, et coordonner à l’échelle nationale, la création de zones hors TAFTA-CETA comme cela existe déjà dans de nombreux endroits. Cela est d’autant plus important que la Wallonie a fini par ratifier le CETA ce jour.
  • Demander et coordonner à l’échelle nationale des projets d’audit citoyen sur les dépenses publiques. Les citoyen.ne.s possèdent en effet un droit de regard sur ces dépenses et cela peut être utilisé pour identifier et faire connaître de grands projets inutiles.
    Cette coordination nationale consisterait en un dépôt médiatisé des demandes de ces procédures, un même jour, pour envoyer un signal aux élu.e.s.
  • Il pourrait être intéressant de reprendre les principes simples, humains et inclusifs déjà énoncés sous la forme « je ne suis pas [concerné.e par…] mais je défendrai ton droit à … » : tout le monde a droit à un toit, à manger, à des soins, une éducation, un travail digne etc. L’idée serait d’en tirer un document synthétique, positif, et bref, pour guider d’autres projets de texte.

 

Coordination nationale :
Des membres de Nuit Debout à Nantes sont en contact avec des professionnel.le.s de l’information et de la communication qui sont intéressé.e.s pour contribuer à la coordination nationale. Il faut discuter de la forme de leur contribution (site internet ? équipe de communication ? compétences techniques ? forme ? fond ? relation avec les premières structures de communication mises en place depuis Paris, en particulier le Mediacenter).

 

TAFTA-CETA :
Alternatiba et Stop TAFTA proposent une action commune le vendredi 04/11 pour dire non à ces traités. L’idée est de rassembler des comités de lutte pour prendre des photos de soutien, puis proposer une action à organiser : pétitions en ligne aux élu.e.s pour exprimer l’opposition à ces traités, demander la mise hors zone TAFTA-CETA… De nombreuses Nuit Debout sont mobilisées. Des banderoles, pancartes, avec des messages positifs ou d’information sont en préparation. Venez nombreux pour la photo le 4 ! Le lieu, initialement la Manufacture (Tram ligne 1, arrêt manufactures) sera peut-être changé en fonction du monde rassemblé. Les infos suivront sur les pages de communication de Nuit Debout.

Edit : la Wallonie ayant finalement ratifié le traité, la photo est remplacée par une discussion pour une prochaine action.

StopTAFTA_04/11/16

Actualités diverses :

  • Comme dit plus haut, la Wallonie a finalement ratifié le CETA. Le caractère interprétatif de certains points du texte permettrait de venir à bout des réticences en assouplissant localement le texte. Il est dommage que cela se fasse au détriment d’autres pays dont les citoyen.ne.s en étaient réduit.e.s à espérer le blocage de la Wallonie, leur propre gouvernement ne les ayant pas entendu.e.s.
  • Une agence HSBC a été fermée route de Paris. Pourquoi employer des personnes quand on peut mettre en ligne toutes les procédures ? Le licenciement par dématérialisation, c’est maintenant.
  • Nous avons appris avec beaucoup de surprise que les ramettes de papier… ont une date de péremption. La bonne nouvelle est qu’il devient donc possible de récupérer des blocs de 500p vierges gratuitement pour les redistribuer.
  • Jolie publicité (non) de Engie dans le 20 minutes de ce jour, ou petite illustration de théorie de l’information : un message répété sera mieux transmis qu’un message énoncé une fois ; et de neuromarketing : un message culpabilisant suscite moins le passage à l’action qu’un message proposant une alternative valorisant la personne qui l’applique.
    Sur cette base, nous avons sur la page « de couverture » (ou ce qui devrait l’être si la première n’était pas une énorme pub) un encart bleuté avec ces mots : « Les changements climatiques, j’y croirai quand je les verrai. » Cette annonce très « St Thomas », je ne crois que ce que je vois, met en doute l’existence du changement climatique, comme si on n’en avait pas déjà vu des manifestations claires. Par exemple, les températures record de cet été, le blanchiment de la barrière de corail… et ce message est nu et non commenté, sur la première page recensant des informations.
    Quelques pages plus loin se trouve le reste de la publicité, sous la forme : Ne pas vouloir passer à l’électricité verte, c’est comme dire «les changements climatiques, j’y croirai quand je les verrai », suivi d’une brève explication sur ce qu’Engie entend par électricité verte. L’honneur est donc sauf, cette pub encourage à être éco-responsable ?
    Non. Le message répété est un message climato-sceptique et égoïste. L’alternative est proposée sous la forme d’un message qui moque les personnes n’étant pas encore passées à l’électricité « verte » de Engie… alors qu’Engie ne produit pas cette électricité à en croire cette même pub. En effet elle explique qu’elle se borne à racheter des équivalents de consommation électrique auprès de producteurs.rices utilisant des sources dites renouvelables. Transformer son mode de production n’est pas à l’ordre du jour, et si jamais il n’y a pas assez de producteurs.rices à partir de sources renouvelables pour compenser les demandes des consommateurs.rices… ?
    Quand on cherche sur leur site internet, Engie annonce pourtant sa position de « premier producteur » d’énergies renouvelables en France : mais d’autres font pareil, comme Quadran, qui se dit leader dans le domaine… Engie vante aussi en ligne un mix de déjà 50% de production en énergie renouvelable. Pourquoi alors racheter des équivalents de consommation à d’autres ? si Engie est leader et a un tel potentiel de développement pour le renouvelable ? Pourquoi insister pour racheter cette électricité alors que l’obligation de rachat par l’ex-EDF n’existe plus depuis 2016 ?
    Parce que l’objectif ici n’est pas la lutte contre le changement climatique mais semble plutôt d’empêcher la fuite des consommateurs.rices vers ces autres producteurs.rices dans les filières alternatives de production d’énergie : « ne partez pas, on leur rachète du « vert » pour compenser nos modes de production qui ne changent pas vraiment, ou pas assez ».
    Du coup, voici un exemple de producteur alternatif et quelques infos intéressantes :
    Enercoop se veut une structure coopérative qui rassemble des producteurs.rices varié.e.s dans ce domaine avec des filières 100% renouvelables
    L’ADEME a déjà produit une étude qui conclut à la possibilité du 100% d’énergies renouvelables en 2050 . Dans le prolongement, voici un article sur le travail de l’université de Stanford qui montre aussi que le 100% énergies renouvelables est possible dans le monde ; le cas de la France y est détaillé. La conférence complète, pour les anglophones, est ici avec une introduction sur les effets pour la santé du changement climatique.

2 réactions au sujet de « CR du 28/10/2016 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *